Crédit : creative commons

Après des scores encourageants aux européennes et une présence plus importante aux prochaines municipales, le Rassemblement National fait sa place en Haute-Garonne. Mais avec quelle stratégie ?

Le Rassemblement National (RN) obtiendra-t-il des communes en Haute-Garonne en mars prochain ? Si rien n’est moins sûr, la stratégie du RN a bien changée. Les résultats du dernier scrutin (Européennes 2019) dans le département, laissent à penser que le parti de Marine Le Pen convainc de plus en plus de monde. Voici une petite enquête qui permettra d’y voir plus clair. 

Diviser et déléguer pour mieux régner 

En 2014, le RN était présent dans seulement trois communes en Haute-Garonne, et n’en n’a gagné aucune. En mars prochain, l’ex-Front National sera présent dans huit communes : Toulouse, Tournefeuille, Cugnaux, Saint-Orens-de-Gameville, Saint-Gaudens, Revel, Auterive et Fronton. Julien Leonardelli, Délégué Départemental du Rassemblement National de Haute-Garonne explique : « C’est toujours une volonté d’être présent dans un maximum de commune et de pouvoir permettre aux électeurs de glisser un bulletin rassemblement national dans l’urne. » Le choix des villes et communes n’est bien sûr pas laissé au hasard, selon Julien Leonardelli « Les villes où l’on est présent vont permettre à 4 Hauts-Garonnais sur 10 de pouvoir voter pour le rassemblement national et c’est assez important. »

Le Rassemblement National est clair, pour être candidat, il faut être motivé et surtout militant. « L’implantation locale est très importante pour avoir des relais locaux. Ils apporteront notre vision et notre voix à nos électeurs. On est engagé pour sa commune mais surtout pour le rassemblement national, et donc on milite forcément. Le but étant aussi, pour la tête de liste, de rapporter des électeurs dans sa commune au parti », conclu Julien Leonardelli. 

Michèle Pellizzon, conseillère à Tournefeuille depuis 2014 et tête de liste pour 2020 dans sa commune, ajoute : « Bien sûr que l’on fait également du militantisme. On se doit de représenter notre parti dans la commune. On porte nos projets, nos idées et on les met en place à l’échelle locale. »

Continuer dans la lancée des Européennes de 2019

Si les chiffres des dernières municipales ne jouent pas en faveur du RN, ceux des élections européennes de 2019 sont beaucoup plus parlants. En effet, sur l’ensemble de la Haute-Garonne, la liste emmenée par Jordan Bardella, avait remporté 18,71 % des voix. Même s’il est clair que les enjeux des deux élections ne sont pas les mêmes, ces chiffres permettent d’évaluer le potentiel électoral. 

En prenant ces mêmes chiffres, on se rend également compte que les communes comme Revel, Auterive, Fronton, et Saint-Gaudens, où le RN propose une liste en mars prochain, avaient majoritairement voté pour Jordan Bardella en 2019. De plus, à Cugnaux le RN était arrivé à la deuxième place, et n’avait atteint que la troisième place à Toulouse, Tournefeuille et Saint-Gaudens. 

Le Rassemblement National a tout de même du mal à se faire une place dans un département foncièrement de gauche depuis toujours. Michèle Pellizzon, tête de liste à Tournefeuille reste tout de même confiante. « Nous sommes entourés de listes de gauches dans la commune. La seule option de droite pour le 15 mars, c’est donc le Rassemblement National. On sent un regain d’intérêt pour le parti et les gens paraissent plus ouverts. Les portes à portes se sont bien passés et nous sommes, dans l’ensemble, bien accueillis ». 

Viser petit pour rêver plus grand 

En continuant dans la logique des résultats obtenus lors des élections européennes de 2019, un autre critère rentre dans la stratégie du Rassemblement National : viser les petites et moyennes communes. 

Selon un rapport de la Fondation Jean Jaurès, le Rassemblement National viserait les communes de 5 000 à 50 000 habitants. Toujours selon ce rapport, l’ex-FN aurait obtenu plus de 45 % des voix dans 32 villes de 5 à 6 000 habitants, dans 7 de 8 à 10 000 habitants et dans 16 de 10 à 50 000 habitants. En Haute-Garonne, les huit communes (exceptée Toulouse) où seront présentes les listes du Rassemblement National, comptent, en effet, toutes moins de 50 000 habitants. La plus grande étant Tournefeuille avec 26 952 habitants. Une fois encore, le RN ne place pas ses pions au hasard et poursuit la logique des résultats des élections européennes. Cependant, même s’il est clair que le Rassemblement National souhaite gagner des communes en Haute-Garonne, avec une nouvelle stratégie, le parti n’est présent que dans 8 des 586 communes. Une présence qui reste donc très limitée, mais qui augmente malgré tout d’année en année. 

Dans le département historiquement de gauche, attention quand même à ce que le Rassemblement National ne se mette pas en marche en mars prochain.