Lors d’une assemblée ce mercredi, le Parlement européen a validé une liste de projets énergétiques considérées comme prioritaire par la Commission européenne.

Cette quatrième liste de « Projets d’intérêts communs », votée à une large majorité, 443 contre 169, n’a pas manqué de créer des tensions. La raison, cette liste contient plusieurs dizaines de projets gaziers, pipelines ou port d’importation de gaz. Parmi ceux-ci on y trouve l’East Med pipeline qui devrait relier Israel, Chypre, la Grèce et l’Italie, explique Libération.

Le gaz est une énergie fossile qui est émettrice de méthane lors de son exploitation. Lors de sa combustion, il serait alors deux fois moins polluant que le CO2. Cependant, les fuites de méthanes, selon la Nasa, auraient un pouvoir réchauffant plus de 80 fois supérieur aux CO2 sur vingt ans. Ainsi, cette décision se retrouve en opposition avec les résolutions adoptées par le même Parlement ces derniers mois, sur la déclaration de l’urgence climatique.

Pour les ONG environnementalistes, financer ces nouvelles structures est en opposition avec l’accord de Paris sur le climat. Pour les industriels du gaz, ce vote est important d’autant plus que la Banque européenne d’investissement à annoncer, en novembre dernier, cesser de financer des projets d’énergie fossiles dès 2021. Ils ont donc encore un an pour faire valider des projets gaziers, qui seront eux fonctionnels pour plusieurs décennies.