Ils sont jeunes et orignaux tant par leurs styles personnels que par la musique qu’ils produisent. Beach SCVM, un groupe toulousain, glisse sur un genre musical particulier, le surf punk/pop.

Pour les non-initiés à la culture surf, Beach SCVM signifie « les raclures de la plage ». Pourtant, même s’ils revendiquent fièrement leur côté décalé, ces jeunes toulousains surfent sur un style musical en vogue, pas si éloigné des tubes du moment. Le surf punk/pop, ce sont des sons assimilés par les groupes de surfeurs au milieu des années ’70.

Les membres du groupe, Matéo, Maël et Lucas sont trois étudiants toulousains à l’ISPRA, une école qui forme des ingénieurs du son. En 2018, Matéo enregistre des mélodies en solo, pour sortir un premier EP en 2018. Un an plus tard il rencontre Maël, son batteur, puis Lucas, qui deviendra le bassiste du groupe.

Des tempo rapides, une guitare et des basses saturées, le tout survolé par la voix chantante de Matéo et le tour est joué. Le groupe nous explique la recette d’un morceau de surf pop/punk réussi :

S’en suivront deux EP en 2018 et 2019 ainsi qu’un single d’été qui capitalise près de 30 000 vues sur Youtube et 15 000 sur Spotify. Et puis la consécration. En novembre, la bande a signé sur le label suisse Waterfall of Colours, qui diffuse notamment des sons sur une radio nationale suisse, SFR3.

Prochain rendez-vous pour les jeunes compositeurs et chanteurs le 6 mai 2020 au tremplin musical « Décroche le Son » à Toulouse. Si elle parvient à se démarquer de ses concurrents, la bande de pote pourrait bientôt fouler le parquet de la scène du Metronum.