Nadia Pellefigue, candidate (PS – PCF – PRG) à la mairie de Toulouse, a dévoilé son programme ce lundi 10 février 2020. Voici les mesures écologiques que l’on a retenues.

« La gauche, l’écologie, les toulousain.e.s ». Le slogan de la candidate Nadia Pellefigue laisse entendre une place primordiale accordée à l’écologie dans son programme. En tout, 148 propositions, répertoriées sous trois axes : Toulouse respire, Toulouse protège et Toulouse inspire. Voici les propositions de Toulouse respire, dédié à l’écologie, que l’on a retenues. 

La candidate l’affirme, l’écologie est au coeur de son projet, avec un objectif capital : la réduction de 50% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. « On ne veut pas une délégation ou un adjoint, on veut que l’écologie soit dans chacune des politiques publiques, on veut faire de notre mandat la bascule écologique » a-t-elle déclaré lors de la présentation d’« Une nouvelle énergie pour Toulouse ».

Au programme, la création de sept « Portes de Toulouse » sur emprise de la Rocade, offrant une solution de stationnement aux entrées de ville. Depuis ces portes, elle souhaite mettre en place des navettes circulaires privilégiant la motorisation à l’hydrogène vert permettant d’accéder aux différents quartiers de Toulouse et réseaux bus/métro.

De plus, la ville sera végétalisée afin d’absorber une partie de la pollution atmosphérique. Ainsi « chaque toulousain trouvera un espace vert à 5 minutes de chez lui et disposera d’un permis de végétaliser » explique-t-elle. Sur le mandat, la toulousaine compte investir 40 millions d’euros par an pour créer 400 km de pistes cyclables sécurisées.

«Réduire de moitié la part des déplacements en voiture»

Dans l’objectif de « mieux circuler et mieux respirer », Nadia Pellefigue veut mettre en place un « Plan d’urgence pour les mobilités ». Concrètement, elle souhaite améliorer et amplifier les infrastructures de transport. Ainsi, elle prévoit notamment la réalisation de la troisième ligne de métro, le prolongement de la ligne A vers Portet-sur-Garonne, via Saint-Simon, et l’Union ou encore l’étude d’une ligne de tramway rapide entre le quartier Malepère et celui du CEAT de Jolimont, via la Cité de l’Espace.

Elle prévoit également la baisse du prix des transports, notamment celui des ainés et des moins de 26 ans pour lesquels elle compte proposer un tarif unique de 10 euros par mois. De plus, la candidate de gauche souhaite créer de nouvelles gratuités : le samedi, les jours de pic de pollution ou pour les personnes en situation de handicap.

Grand projet de son mandat, s’il y a, la création de « l’Octogone Parc », « le Central Parc de l’Île du Ramier » ajoute-t-elle. Une promenade urbaine avec une trame verte au centre des boulevards et une circulation restreinte pour laisser la priorité à tous les modes doux, ainsi que la suppression d’une majorité des feux pour fluidifier la circulation.