La ministre des sports Roxana Maracineaunu a demandé la démission du président de la Fédération Française des Sports de Glace Didier Gailhaguet.

Dans la tourmente, Didier Gailhaguet garde le cap. La ministre des sports Roxana Maracineaunu a demandé sa démission ce lundi, après les récentes révélations de violences sexuelles dans le patinage, publiées par le quotidien sportif l’Equipe. Cette dernière estime que le président « ne peut se dédouaner de sa responsabilité morale et personnelle ».

La ministre ne peut pas agir

Mais alors, une question continue de se poser : pourquoi la ministre des sports ne peut-elle pas limoger le président de la FFSG ? Cela s’explique par l’incapacité légale du ministère d’intervenir dans cette affaire, car seule la fédération concernée peut limoger son président. Dans les texte officiels de la FFSG, il est écrit que « le conseil fédéral peut mettre fin au mandat du président et aux fonctions du bureau exécutif par un vote à la majorité des deux tiers des membres le composant ». Composé de 31 membres, le conseil fédéral exerce un statut de « surveilance et de contrôle ».

54 athlètes signent une tribune

Teddy Rinner, Nathalie Péchalat ou encore Sarah Ourahmoune ont signé la pétition lancée suite à ce scandale. Appelée « Violences sexuelles : il est temps de donner de la voix », cette pétition vise à montrer la « révolte des athlètes français de haut niveau ». Dans cette pétition, les athlètes demandent la « mise en place d’actions de formation, de sensibilisation et de prévention pour éduquer les enfants, adolescents, entraîneurs et managers dans toutes les structures sportives » afin que le cas de Sarah Abitol ne se reproduise pas. De son côté, Gilles Beyer a été exclu du club des Français des Volants, d’après les infos du Parisien.