En ouverture du tournoi des 6 nations, les Bleus recevaient les Anglais au Stade de France pour un crunch très attendu. Les Français ont répondu avec brio au défi des vices-champions du monde en l’emportant 24 à 17.

C’était le match des premières. La première de Fabien Galthié sur le banc des Bleus, les premières titularisations d’Anthony Bouthier et de Mohamed Haouas, les premières capes pour Arthur Vincent, Cameron Woki et Boris Palu…

Tant de choix audacieux du nouveau staff du XV de France qui ont payés : la France a battu l’Angleterre 24 à 17, et peut être fière d’elle.

Le film du match

Fière d’elle parce-que, pour s’offrir les vices-champions du monde, cette équipe relativement jeune a su rentrer dans son match à l’image du Rochelais Rattez qui, à la sixième minute, vient inscrire le premier essai de la rencontre après une passe lumineuse de Romain Ntamack.

Rattez, encore lui qui 15 minutes plus tard vient offrir son premier essai au nouveau capitaine des Bleus Charles Ollivon.

A la mi temps, les Bleus mènent 17-0, et le rugby français est émerveillé devant ce renouveau du XV de France qui fait plaisir et muselle totalement une équipe d’Angleterre pourtant favorite au coup d’envoi.

Un quart d’heure après la reprise, Antoine Dupont fait ce qu’il sait faire de mieux : une magnifique percée petit côté qui fait la différence, avant d’offrir un doublé au capitaine Charles Ollivon.

55 ème minute, et les Bleus dominent les Anglais 24-0. Le Stade de France n’en revient pas et se met même à rêver d’un bonus offensif, un luxe qui rendrait ce crunch encore plus savoureux, d’autant plus lorsque l’on se souvient des paroles du sélectionneur britannique Eddie Jones avant le match :  » On va mettre ces jeunes joueurs à l’épreuve. Ils n’ont jamais été confrontés à l’intensité et la brutalité physique avec laquelle nous allons jouer dimanche. « 

Seulement voilà, le XV de la Rose n’est pas une équipe banale, à l’image de son ailier Jonny May, lui qui avait fait si mal aux Bleus avec un triplé l’année dernière.

Cette fois, il n’en mettra que deux. Deux essais magnifique, qu’il se crée quasiment tout seul avec sa vitesse et sa vivacité. Alors la France se remet peut-être à douter, à repenser aux matchs qu’elle n’a pas su maîtriser jusqu’au bout à l’image de ce match contre le pays de Galles où elle menait 18 à 0 avant de finalement s’incliner.

Mais non, malgré ces exploits individuels et la rage Anglaise, les Bleus restent très solides en défense et l’emportent finalement 24-17.

Beaucoup de points positifs

Pour sceller cette victoire prometteuse, les Bleus ont su briller, que ce soit individuellement ou collectivement.

Avant toute chose, il faut saluer le travail du nouveau staff de Fabien Galthié. Le travail défensif d’abord, la patte Shaun Edwards qu’on a reconnu tout au long du match à l’image de Bernard Le Roux, intraitable en défense avec ses 23 plaquages !

Puis le coaching de Fabien Galthié, les Poirot et Bamba qui grattent des ballons important et apportent de bonnes percussions dans la dernière partie du match.

Beaucoup de joueurs ont brillé pendant cette rencontre : l’attendu Antoine Dupont qui montre cette vivacité et ce French Flair que souhaitent voir renaître tout un peuple tricolore, mais également Charles Ollivon qui a été très propre et très juste sur ses interventions et claque un doublé pour son premier capitanat !

Très juste au pied également, à l’image d’un Bouthier impérial dans les airs qui signe une très bonne prestation, tout comme Romain Ntamack qui rentre au vestiaire avec un 100% au pied.

Evidemment, on oubliera pas l’énorme Gregory Aldritt, désigné Homme du Match avec une prestation XXL. Comme on dit : »il était au four et au moulin ».

Ce n’est que le début, mais ça fait du bien …

En étant perspicaces, et même s’ils ont été assez irréguliers en touche et en mêlées, les Bleus y ont cru du début à la fin et ont récupérés beaucoup de ballons important dans leur 22 ou leur 5 mètres, signe d’une rage qui ne trompe pas. On aura même réussi à rire, avec cette action incompréhensible d’Antoine Dupont qui tire en touche une minute trop tôt.

Les Anglais ont eux été trop indisciplinés, trop imprécis et méconnaissables pour espérer quelque chose, à l’image d’un Owen Farrell dont les mains ont été assez glissantes (un phénomène rare).

https://twitter.com/FranceRugby/status/1224026004676653059

Voilà, les Bleus lancent donc de la meilleure des manières ce Tournoi des Six Nations et plus globalement cette nouvelle ère Galthié, et on ne peut qu’avoir des étoiles dans les yeux pour les prochains matchs !