Depuis plusieurs semaines les avocats toulousains manifestent contre la réforme des retraites, un mouvement que dénoncent les magistrats via notamment une motion votée à l’unanimité mercredi.

Nous vous en parlions encore la veille : les avocats perdurent leur grève générale contre la réforme des retraites du gouvernement d’Edouard Philippe. Une situation lourde de conséquences, à tel point que les magistrats et les fonctionnaires du tribunal judiciaire de Toulouse ont voté mercredi une motion alertant sur les conséquences de cette initiative.

Le Procureur de la République, le président du tribunal judiciaire et le directeur de greffe ont signé un communiqué dans lequel ils constatent que « le mouvement de grève national des avocats affecte le service public de la justice dans sa sérénité et sa continuité » (source : FTV).

Des délais conséquents

En déplorant que cette action se fasse « au mépris des libertés et droits fondamentaux« , les magistrats et fonctionnaires alertent notamment sur les délais des procédures qui pourraient grandement s’allonger. Une dénonciation qui passe mal du côté des grévistes, estimant que cette perturbation est nécessaire au vu du changement qu’apporterait cette réforme à leurs retraites :