Jeudi 30 janvier, l’entraîneur du Toulouse Football Club Denis Zanko est revenu dans une conférence de presse sur l’état d’esprit de son groupe avant d’aborder le match de samedi face au barragiste Amiens.

Lanterne rouge de Ligue 1, le TFC signait dimanche au stade Gerland à Lyon (défaite 3 à 0) son onzième revers consécutif en Ligue 1, douzième toutes compétitions confondues. Le nouvel entraîneur des violets ( qui a remplacé Alain Casanova en novembre 2019 ) est aujourd’hui capitaine d’un navire sur le point de chavirer. Un nouveau revers au Stadium ce samedi pourrait « permettre » au club d’égaler le triste record du CA Paris, établi pendant la saison 1933-1934, de 12 défaites en championnat.

Un match crucial pour la survie dans l’élite du football français

Comme si le clou n’était pas suffisamment enfoncé, la réussite du groupe face aux nordistes est nécessaire pour éviter le pire. Une nouvelle défaite creuserait un écart de 9 points entre Toulouse et le 18 ème du classement. Un cruel renversement qui éloignerait davantage les espoirs de maintien la saison prochaine. Denis Zanko, bien connu pour sa capacité à jouer les pompiers (il a maintenu ses trois derniers clubs lors de ses premières saisons), préfère ne pas penser aux pires scénarios : « On ne parle pas de notre série de défaites avec le vestiaire. Il faut faire preuve d’une forme de détachement face aux résultats et s’évertuer à penser aux moyens qui vont nous permettre d’avancer » annonce-t-il avec un calme froid.

Triste clin d’œil au déclin des violets, une opération « Tous derrière le TFC » a été lancée il y a une dizaine de jours par le club de natation des Dauphins du TOEC. Objectif : donner du baume au cœur aux joueurs et aux supporters toulousains en conviant les clubs sportifs de Toulouse ( le Stade Toulousain, le Fenix ou encore les spacer’s en volley) à afficher leur soutien au TFC. Zanko esquisse un sourire : « dans notre situation, on a besoin de toutes les ondes positives ».

D’autant plus que samedi 1 er février, l’adversaire du jour n’a pas forcément les statistiques de son côté. Le club picard est la deuxième pire défense de Ligue 1, juste derrière… le TFC. L’ancien entraîneur du centre de formation des violets confirme : « C’est une équipe en panne de résultats. Samedi, on va connaître un contexte complètement différend des matchs de cette saison. C’est difficile d’évaluer de quel côté sera la pression ». La planification du match tourne quant à elle plutôt du côté du barragiste puisque les joueurs du club toulousain entreront sur la pelouse avec un jour de récupération en moins.

« Améliorer l’axe offensif pour pouvoir avancer »

Les derniers matchs du TFC ont mis un point d’orgue sur les faiblesses de la formation de Denis Zanko. Face à Brest, le 11 janvier, les violets ont bien défendu pendant une première mi-temps qui a même tourné à leur avantage (2-1 à la 45 ème minute), pour finalement sombrer dans la dernière partie de la deuxième mi-temps. Confrontés aux Gones dimanche 26 janvier, les joueurs de Zanko ont presque réitéré. Après avoir contenu les assauts des lyonnais pendant près d’une demie-heure, ils ont concédé trois buts aux hommes de Rudi Garcia, non pas sans se procurer des occasions franches.

« On s’est rendu compte de nos fragilités en défense »

Denis Zanko, entraîneur du TFC.

De quoi faire ruminer quant à la stratégie à adopter pour effacer la défense amiénoise : « Le 442 contre Brest a plutôt bien fonctionner mais on s’est rendu compte de nos fragilités en défense ». Pour samedi, l’entraîneur n’a pas donné de précisions sur le schéma tactique envisagé, en revanche, Ibrahim Sangaré sera sûrement une nouvelle fois capitaine, même si le coach numéro un reste vague : « le brassard peut toujours tourner, mais Ibrahim a bien assuré son rôle à Lyon ».

Le match de samedi fait peser beaucoup de pression sur ses épaules, mais Denis Zanko ne perd pas espoir : « quand on est malade, on est pas encore mort » affirme-t-il. Rendez-vous est donné samedi sur la pelouse de la Licorne.