Dans des enquêtes publiées par L’Obs et L’Équipe, ce mercredi 29 janvier, d’anciennes patineuses françaises accusent des entraîneurs de les avoir agressées et violées lorsqu’elles étaient mineures.

Elles s’appellent Hélène Godard, Anne Bruneteaux et Béatrice Dumur. Toutes trois sont d’anciennes patineuses. Toutes trois racontent avoir été sexuellement abusées lorsqu’elles étaient mineurs, par un entraîneur. Deux des accusés auraient même occupé par la suite de hautes fonctions au sein de la fédération française des sports de glace (FFSG).

L’une des trois femmes Hélène Godard affirme avoir été violée dans les années 1970 par Gilles Beyer. Elle raconte à L’Obs s’exprimer aujourd’hui non « pas pour se venger, mais pour aider la parole à se libérer ». Béatrice Dumur, elle, accuse Michel Lotz avec qui elle dormait en semaine dans un appartement à l’intérieur de la patinoire : « Après l’entraînement, il prenait un bain. Et donc il m’appelait. La première fois, je n’ai pas voulu y aller, la deuxième fois, il demande un peu plus ardemment. Vous avez peur, vous faites » explique-t’elle à L’Équipe. Quant à Anne Bruneteau, elle met aussi en cause Michel Lotz chez qui elle dormait également, deux fois par semaine.

« Un si long silence »

En parallèle, Sarah Abitbol, dix fois championne de France de patinage artistique en couple, publie ce jeudi 29 janvier son livre « Un si long silence ». Dans ce dernier elle accuse son ancien entraîneur, qui n’est autre que Gilles Beyer (également accusé par Hélène Godard), de l’avoir violé. Ce dernier l’aurait abusé sexuellement en 1990, alors qu’elle n’avait que 15 ans, et ce pendant deux ans.