La ZAC de l’Oncopole accueillera bientôt le plus grand parc photovoltaïque de France. Les premiers panneaux ont été posés et la ferme solaire couvrira 25 hectares à la fin des travaux, en avril 2020. Prix total de l’opération : 12,4 millions d’euros.

Une fois le projet mené à bien, c’est près de 4 000 foyers qui pourront être alimentés en électricité (hors chauffage). La centrale photovoltaïque de l’Oncopole doit entrer en service courant mars. Implanté au sud du périphérique, cet immense terrain vague qui jonche le mémorial de l’usine AZF, va se métamorphoser dans les prochaines semaines en ferme solaire. Un parc de panneaux photovoltaïques important « capable de fournir jusqu’à 19,7 GWh par an », souligne un des responsables du projet. Une production largement supérieure aux capacités de la seule ferme solaire de Toulouse, à Pech-David, qui fournit 0,33 GWh par an.

35 000 panneaux solaires

En cette mi-janvier, tous les poteaux métalliques sont déjà plantés et plus de la moitié des installations électriques sont posées. “C’est la première grande centrale de panneaux photovoltaïques construite en ville” souligne un des directeurs du projet. Près de 35 000 panneaux seront installés d’ici la fin du mois. La zone étant inondable, les panneaux solaires seront surélevés sur des pieux insérés dans le sol à une faible profondeur. Au sommet de la colline David Pech, le paysage est métamorphosé. Urbasolar, l’entreprise montpelliéraine qui va mettre sur pied la ferme solaire a déjà construit près d’une quinzaine de sites similaires en Haute-Garonne. Les travaux ont débuté il y a six mois en présence de Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse.

Pour pouvoir perdurer sur l’ancien emplacement de l’usine AZF, l’entreprise devra s’acquitter d’une redevance annuelle progressive à Toulouse Métropole, actuel propriétaire du terrain (30 000 € les dix premières années, une somme qui augmente progressivement pour atteindre 100 000 € les cinq dernières années).