Avec une hausse de 7,3% enregistrée en 2019, les demandes d’asiles continuent d’augmenter. Selon l’Ofpra (L’Office français de protection des réfugiés et apatrides), 132.614 requêtes ont été enregistrées l’année passée. Un chiffre beaucoup trop élevé par rapport aux places mises à disposition par l’Etat.

Selon, Julien Boucher, directeur de l’organisme, « la hausse est modérée et semble se situer dans la moyenne européenne ». Mais si l’augmentation est effectivement moins forte qu’en 2018, le nombre de places disponibles pour héberger les demandeurs d’asiles n’en reste pas moins insuffisant.

50% des demandeurs d’asiles sans proposition de logement

Aujourd’hui la France compte plus de 100 000 places réservées aux demandeurs d’asile en attendant que leur demande soit statuée. Pourtant, la moitié d’entre eux sont sans hébergement. On peut expliquer cette situation par le fait que certaines de ces places sont occupées par des personnes ayant vu leur demande refusée ou acceptée ainsi que par des réfugiés. Une situation qui ne tend pas à s’améliorer, le gouvernement ayant décidé de ne pas créer de nouvelles places d’hébergement en 2020. Pour pallier le manque de capacité d’accueil, le ministère de l’Intérieur veut renforcer l’interdiction pour les centres d’accueillir des personnes autres que des demandeurs d’asiles. 

Une situation qui force beaucoup de demandeurs d’asiles notamment à Paris à vivre dans des tentes ou des cabanes au bord du périphérique. Un jeune demandeur d’asile de 28 ans a d’ailleurs été retrouvé mort hier dans sa tente. Les circonstances de son décès sont pour l’instant inconnues.