Pour assurer la sécurité des astronautes, la société d’Elon Musk essayait aujourd’hui le système d’évacuation d’urgence de Crew Dragon, la capsule chargée de faire la liaison entre la Terre et l’ISS (la station spatiale internationale en orbite autour de notre planète).

C’était le dernier grand test pour l’entreprise d’Elon Musk, multi-milliardaire et cofondateur de « Tesla ». Depuis quelques heures, Space X simule des éjections d’astronautes en urgence sur une fusée. Les premiers essais devaient avoir lieu hier mais ont été décalés en raison de la météo ainsi que d’une mer agitée au niveau de l’amerrissage.

Sans personne à bord, les essais ont eu lieu au centre spatial Kennedy, à Cape Canaveral en Floride. Sur la vidéo, la capsule « Crew Gradon », au sommet de la fusée, est programmée comme si elle devait lancer le vaisseau en orbite. Pourtant, comme prévu, une minute et 24 secondes après le décollage, elle a simulé une anomalie, déclenchant ainsi une séquence d’abandon. La cabine a ensuite poursuivi sa course, jusqu’à environ 40 km d’altitude, avant d’amerrir dans l’Océan Atlantique.

Certification obligatoire

La réussite de ce test était indispensable pour Space X, qui entreprend dans le vol spatial depuis 2002 aux Etats-Unis. En 2019, la compagnie a réussi un aller-retour à vide d’une semaine vers l’ISS avec Crew Dragon. Si tout va bien, le premier vol habité de la capsule spatiale aura lieu au plus tôt au début du mois de mars.