Le gouvernement a annoncé une nouvelle baisse du Livret A au 1er février prochain. Le taux devrait passer de 0,75 à 0,50 %, un vrai coup dur pour le portefeuille préféré des Français.

55 millions, c’est le nombre de Livrets A en France, ce qui en fait donc le placement préféré des Français. Mais avec cette nouvelle baisse, est-il encore rentable ?

Une perte de 25 € par an pour un Livret A de 10 000 €

Les Français vont perdre de l’argent, c’est une évidence. En prenant quelques exemples : pour un placement de 10 000 € dans un Livret A, ils perdront 25 € par an, avec ce nouveau taux de 0,5 %. En clair, là où les épargnants gagnaient 75 €, ils n’en gagneront plus que 50. Dans le cas où le plafond, fixé à 22 950 €, aurait été atteint, la perte sera alors de 57,4 € par an. Le Livret A étant l’épargne préférée des Français, le pouvoir d’achat de ces derniers est automatiquement impacté. D’autant plus qu’il est bien souvent conservé pour les dépenses imprévues ou pour le futur des enfants.

Un Livret A moins performant mais toujours aussi intéressant

Si le Livret A ne rapporte plus autant, il n’en reste pas moins le plus intéressant et le plus sûr. Sa rémunération ne peut pas baisser, les sommes perçues sont retirables à tout moment et les intérêts ne sont pas imposables. Aucun autre livret ne propose autant d’avantages, avec si peu de risque. Le Livret A reste donc, malgré la baisse de taux, le livret à privilégier le plus.

Une baisse bénéfique aux organismes sociaux

Il faut savoir que les fonds du Livret A sont reversés à la Caisse des Dépôts pour financer le logement social. En termes de chiffre, c’est 60 % de l’encours des Livrets A qui servent directement au financement des HLM. La Caisse de dépôt indexant le niveau de ses prêts sur le taux du Livret A, les organismes sociaux bénéficient de prêt plus intéressant. Ce sont donc plusieurs centaines de millions d’euros qui seront économisés pour les organismes sociaux, de charges financières. Une baisse intéressante pour les constructions de HLM, un peu moins pour les épargnants.