À partir du 1er février, les tarifs des courses de taxi augmenteront sur l’ensemble du territoire. La Fédération nationale du taxi dénonce « un coup d’épée dans l’eau ».

Déjà en proie à une rude concurrence avec les VTC, les chauffeurs de taxi vont devoir composer avec une hausse de leurs tarifs qui entrera en vigueur dès le 1 février. C’est le Journal officiel, via la publication d’un arrêté, le 29 décembre 2019, qui a rendu ces augmentations publiques. 

Qu’est ce qui change concrètement ? 

En premier lieu, c’est le prix minimum d’une course qui augmente, passant de 7,10 euros à 7,30 euros. La prise en charge est aussi impactée par la hausse des tarifs. Elle coutera désormais 4,18 euros (contre 4,10 euros avant). Enfin, le prix du kilomètre parcouru est maintenant fixé à 1,12 euros, alors qu’il était de 1,10 euros. Seuls les tarifs des suppléments propres à la réservation d’un taxi resteront inchangés (4 euros pour une réservation immédiate et 7 euros pour une réservation à l’avance). 

Pour les trajets entre l’aéroport et la ville, le système de zones tarifaires reste en vigueur. Pour rappel, pour vous rendre de la zone 1 à l’aéroport Toulouse-Blagnac, vous devrez débourser 15 euros ; 25 euros depuis la zone 2 ; 35 euros depuis la zone 3 ; 45 euros depuis la zone 4. 

« Un coup d’épée dans l’eau qui n’augmentera pas l’attractivité des taxis »

Du côté de la profession, l’annonce a été accueillie en demi-teinte, voire mal. Rares sont ceux qui se satisfont de cette hausse minime, qui dessert plus en terme symbolique qu’elle ne sert financièrement. La Fédération nationale du taxi (FNDT) « ne voulait pas cette hausse. Non seulement par rapport à la concurrence mais aussi par rapport à la conjoncture actuelle et la baisse globale du pouvoir d’achat. » Le syndicat, qui s’était très vite positionné contre la hausse, dénonce « un coup d’épée dans l’eau qui n’augmentera pas l’attractivité des taxis ». 

L’augmentation du coût des courses de taxi entrera en vigueur le 1er février 2020. Plus d’infos dans l’arrêté officiel.