Face à la pollution, et les embouteillages de nombreuses personnes roulent en autopartage. Un moyen de transport qui permet de faire des économies tout en adoptant un geste eco-responsable. L’autopartage, un mode vie en pleine mutation.

L’autopartage est une alternative à la propriété d’une voiture lorsqu’on n’utilise pas sa voiture tous les jours. Il donne la possibilité de disposer d’une voiture sans les contraintes : une fois inscrit au service, vous utilisez la voiture selon vos besoins, pour quelques heures à quelques jours. C’est la structure d’autopartage qui gère la flotte de véhicules partagés, leur achat, entretien, assurance, etc. Lorsque vous prévoyez une sortie, un rendez-vous, des courses, vous réservez simplement la voiture la plus proche pour la durée souhaitée. 

L’autopartage une offre qui séduit

Lorenzo 21 ans étudiant en bts commerce international, utilise depuis plus d’un an ce service. Pour lui le réseau Citiz lui permet d’être en liberté et de pouvoir prendre un véhicule à n’importe quel moment de la journée. « Cela me permet de me déplacer facilement, le partage c’est pratique on essaie de ne pas dégrader la voiture car on sait que l’on peut l’avoir une prochaine fois. C’est un moyen économique, pratique, et écologique. » détaille l’utilisateur. 

Pour repérer sa voiture c’est simple, il suffit de se rendre sur l’application mobile de la société d’autopartage et de trouver un véhicule proche de chez soi. On peut également repérer de façon simple des voitures en autopartage, grâce à une bande blanche sur laquelle est inscrite « autopartage » et dont des places sont réservées. Un plus pour ne pas payer le stationnement et ne pas perdre son temps afin de chercher une place pour se garer. Une façon économique et éco-responsable de se déplacer. 

L’autopartage reste souple et confortable même en cas d’imprévus détaille Thomas 45 ans usagé depuis 6 mois : « On utilisait notre véhicule privé par confort ou facilité. Puis on a décidé de se débarrasser de notre voiture : désormais on autopartage ! En termes de souplesse de déplacements, je réserve à l’avance et j’ajuste au fur et à mesure, quitte à annuler ma réservation 4 heures à l’avance, c’est gratuit. »

Selon les calculs de Citiz Toulouse, une voiture personnelle coûte en moyenne 6000 euros par an et l’autopartage Citiz revient moins cher qu’une voiture personnelle si on n’utilise pas son véhicule tous les jours et pour moins de 10 000 km par an. « Aujourd’hui, 55% de nos abonnés n’ont plus de voiture personnelle », précise Céline Soulié.

Citiz, dix ans d’autopartage

Les premières voitures en autopartage Yea, ont été mises en service en 2016. Un nouvel stationnement ici, place St Aubin à Toulouse. (Crédit Photo : Guillaume Pannetier)

En 2008, en l’espace d’une soirée, la Scic Mobilib a récolté 49 000 euros auprès d’une centaine de nouveaux sociétaires, adpetes de l’autopartage. Le principe : accéder aux voitures du réseau en libre-service. La même année, Mobilib intégrait le réseau national (France Autopartage), qui fédère des coopératives autour de la même activité, et changeait de nom de marque pour devenir Citiz en 2013.

Depuis, c’est une affaire qui roule : Citiz Toulouse, s‘est developpée sur l’agglomération en complémentarité avec le réseau de transport en commun Tisséo au moyen d’une dizaine de véhicules supplémentaires chaque année. « Nous avons multiplié des projets et les expérimentations, insiste Céline Soulié la directrice générale, avec par exemple, le partenariat passé avec le transporteur Tisséo, avec l’ouverture des véhicules grâce à une carte Pastel. Et nous avons aussi acquis notre premier véhicule pour les personnes à mobilité réduite. »

En 2016, la Scic lançait le « Pass économique » qui combine l’accès au parc automobile, aux transports en commun de Tisséo et aux VéloToulouse (JC Decaux). La même année, elle créait Yea ! : 20 smart rouges et noires qui peuvent être prises et déposées « quand vous voulez, où vous voulez » à l’intérieur d’un périmètre défini (centre-ville élargi de Toulouse). « Ce qui a fait décoller notre chiffre d’affaires de plus de 42% », s’enthousiasme Céline Soulié. 

En 2018, Citiz a déployé l’accès de ses services en zone rurale par l’utilisation des véhicules municipaux de Milau et de Saint-Afrique (Aveyron), qui peuvent être conduits aussi bien par les fonctionnaires que par le public. Autre innovation pour 2020 : une association avec le bailleur social Groupe des Chalets pour permettre à ses locataires d’avoir accès à l’autopartage à moindre coût. Ces prochaines années promettent d’être toujours aussi riches en projets.

https://platform.twitter.com/widgets.js