Jugés pour escroquerie en bande organisée et tromperie au procès du scandale de la viande de cheval, deux des anciens dirigeants de l’entreprise Spanghero de Castelnaudary et deux traders néerlandais risquent jusqu’à 10 ans de prison et 1 million d’euros d’amende.

De la viande de cheval vendue comme de la viande de boeuf. Deux anciens cadres de l’usine Spanghero à Castelnaudary, et deux traders en viande néerlandais comparaissaient aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Paris pour tromperie et escroquerie en bande organisée. Cette viande chevaline avait notamment été vendue à des sous-traitants pour fabriquer des plats cuisinés de grandes enseignes comme Findus ou Picard.

Des risques de prison et une amende d’un million d’euros

Selon les informations de France 3 Occitanie, les prévenus risquent jusqu’à 10 ans de prison et un million d’euros d’amende.
Hier, les parties civiles ont réclamé jusqu’à 40 millions d’euros de dommages et intérêts pour le préjudice subi par cette affaire aussi connue sous le nom de « scandale de la viande de cheval ».