Le Comité internationale de la Croix-Rouge (CICR) et la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) lancent une campagne mondiale pour dénoncer les risques dûs à l’utilisation des armes nucléaires.

Sansarmesnucleaires.org, c’est le nom de cette nouvelle campagne qui a pour but je cite : « d’attirer l’attention du public sur les conséquences humanitaires catastrophiques qu’aurait une guerre nucléaire. » Afin de sensibiliser un maximum de personnes, une courte vidéo sur les conséquences d’une guerre nucléaire accompagne cette campagne.

En plus de cette campagne, les deux organisations ont appelé les gouvernements à signer le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires. Traité qui récolte à ce jour 70 signatures. 21 autres pays l’ont également ratifié. « Tout risque que des armes nucléaires soient utilisées est inacceptable. Le traité représente une lueur d’espoir et une mesure essentielle pour réduire le risque d’une catastrophe nucléaire », a souligné Peter Maurer.

Mais cette démarche n’arrive pas par hasard. En effet, les États-Unis et la Russie viennent tout juste de suspendre leur adhésion au traité de désarmement nucléaire INF (visant une catégorie d’armes), une situation qui risque de relancer la couse à l’armement selon les experts.« En cette période de tensions internationales croissantes, [il faut engager] chacun à agir de toute urgence et avec détermination pour mettre fin à l’ère des armes nucléaires. » a exprimé le président du CICR Peter Maurer.

Mais une nouvelle problématique risque d’entrer en jeu suite à la suspension du traité INF : l’avenir du traité START de réduction des arsenaux nucléaires, qui arrive à échéance dans deux ans.