Le ministre des Finances a confirmé ce mercredi 6 juillet le rejet attendu par la Commission européenne du projet de fusion entre Alstom et Siemens.

Invité sur France 2, Bruno Le Maire a annoncé que le géant européen ferroviaire ne verra finalement pas le jour. « Je crois que les jeux sont faits », a-t-il déclaré. Poursuivant qu’il s’agissait d’une « erreur économique », d’« une faute politique » qui « affaiblit l’Europe ».

Bruno Le Maire affirme que « la décision que s’apprête à prendre la Commission européenne va servir les intérêts économiques et industriels de la Chine. »

Un rejet qui selon le ministre « empêche Alstom et Siemens, les deux champions de la signalisation et du ferroviaire, de fusionner pour avoir le même poids que le grand champion industriel chinois ».

Bruno Le Maire a ensuite dénoncé « des règles obsolètes qu’il faut refonder » : « Il y aurait pu y avoir une autre interprétation des règles européennes et je conteste l’analyse technique qui a été faite de ce dossier par la Commission européenne ».

Il a ensuite annoncé son intention de présenter avec le ministre allemand de l’Economie Peter Altmaier des propositions pour « refonder les règles de la concurrence européenne ».

La commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager, drevrait mettre son veto au projet de fusion, ont affirmé à l’AFP trois sources à Bruxelles et une source du gouvernement français.