Au moins 8 personnes sont mortes, après l’incendie d’un immeuble à Paris dans la nuit de lundi à mardi. À l’heure actuelle, la piste criminelle est privilégiée, une femme a été interpellée et placée en garde à vue.

C’est vers une heure du matin que le feu s’est déclaré, entre le 7ème et le 8ème étage d’un immeuble du XVIe arrondissement de Paris. Le bâtiment des années 70, situé rue Erlanger a été ravagé par les flammes. Le bilan fait pour le moment état de 8 morts : au moins trois personnes se sont défenestrées, quatre autres auraient été retrouvées dans les décombres. Il y aurait également une trentaine de blessés, dont 6 pompiers.

Une habitante interpellée

Une femme d’une quarantaine d’année a ce matin été interpellée et placée en garde à vue peu avant 8 heures. Elle aurait eu un comportement suspect alors que l’incendie de l’immeuble était en cours. Elle aurait tenté de mettre le feu à un véhicule garé à proximité de l’immeuble. Une querelle de voisinage serait à l’origine de cette action. Selon Emmanuel Grégoire, premier adjoint de la maire, l’habitante de l’immeuble serait connue pour « des troubles psychiatriques ». Une enquête du chef de destruction volontaire par incendie ayant entraînée la mort a été ouverte et confiée au premier district de la PJ.

Les services municipaux ont pris en charges et hébergé les personnes évacuées. Anne Hidalgo, la maire de Paris s’est rendue sur place avec le préfet de police Michel Delpuech. Elle a annoncé que l’accompagnement des sinistrés va « se poursuivre aujourd’hui et aussi longtemps que nécessaire ». Elle a également réagi à propos du drame sur Twitter :

Un incendie spectaculaire

Le feu a été maitrisé vers 7 heures ce matin. Plus de 250 pompiers ont été mobilisés et le plan rouge a été déclenché. Par mesures de précautions, deux immeubles adjacents ont été évacués. Certains habitants se sont réfugiés sur le toit du bâtiment et au total, une trentaine de personnes ont été évacués avec les échelles.
Les opérations de reconnaissance n’ont pas encore eu lieu dans les derniers étages de l’immeuble, là où le feu était le plus violent. Le capitaine Clément Cognon, porte-parole des pompiers sur place a annoncé que le « bilan pourrait encore s’alourdir ».