Après avoir tué une personne et blessé cinq autre, celui que l’on surnomme depuis mercredi après-midi « le tireur de Bastia » s’est donné la mort hier, peu avant minuit. 

Les faits se sont déroulés hier aux alentours de 16h25 : un homme armé d’un fusil et d’un cutter a ouvert le feu sur des passants dans le quartier de Montesoro au sud de Bastia, en Haute-Corse. Le tireur isolé a alors blessé cinq personnes, trois femmes et deux hommes, dont un policier. La fusillade a également fait un mort, un gardien d’immeuble de 50 ans.

« Le forcené s’est suicidé »

Après avoir ouvert le feu, le forcené s’est retranché dans l’immeuble dans lequel il vit. Des unités de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de la police et du peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) se sont rendus sur place pour tenter de dialoguer avec l’individu et le mettre hors d’état de nuire. Les hommes du Raid de Marseille et de l’unité d’élite de la police nationale étaient également présents.

Mais leur intervention n’a pas suffit : après de longues négociations avec les forces de l’ordre, l’homme s’est finalement suicidé quelques minutes avant minuit. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a confirmé sa mort face à l’hémicycle.

La piste terroriste écartée

D’après les premières informations, le tireur présumé est un homme âgé d’une soixantaine d’années, connu des services de police et de la justice pour des faits de violence. Les motivations de son acte sont encore inconnues, mais selon une source proche de l’enquête la piste du terrorisme ou du banditisme serait d’ores et déjà écartée.