À partir de vendredi, les prix de centaines de produits alimentaires, des cigarettes et le prix de l’énergie vont augmenter de manière considérable. Pour cause, le vote en octobre dernier de la loi alimentaire.

Le Nutella, le Camembert, l’Evian ou encore le Pastis… Tous ces produits devraient dès vendredi voir leurs prix augmenter considérablement. Entre 0,5 et 9,9 % d’augmentation en moyenne. Pourquoi cette augmentation ? À cause de la mise en place de la loi alimentation. Une loi qui relève le « seuil de revente à perte (SRP) de 10% sur de nombreux produits ». Ces 10% représentent une marge minimum que doivent réaliser les distributeurs. Ils doivent cependant s’engager à réduire leurs marges sur les produits agricoles en compensation. Le but est donc de mieux rémunérer les agriculteurs.

La fin des grosses promotions

En plus de concerner le seuil de revente à perte, la loi alimentaire encadrera également les promotions. Désormais, les promotions supérieures à 34% sur un produit seront interdites. Par exemple, les promotions telles que « 1 produit acheté, 1 produit offert » ne seront plus acceptées.

Autre nouveauté, seuls 25% des volumes de produits pourront faire l’objet d’une promotion. Les ventes seront donc beaucoup mieux encadrés à l’avenir. En effet, les petits producteurs français subissent les promotions, et en souffrent. En France, 8 français sur 10 regardent les promotions avant de faire les courses.

Des consommateurs partagés

Pour certains consommateurs, cette loi alimentaire va radicalement changer leurs dépenses et leur quotidien. Pour Christelle, au chômage, cela représente une nouvelle organisation : « Je compte toutes mes dépenses au centime près. Je ne savais même pas que les prix allaient augmenter autant. Je vais devoir changer mes habitudes alimentaires et me restreindre un peu plus. Je ne suis pas d’accord avec cette mesure, ça pénalise tous ceux qui ont peu de revenus, comme moi ».

Pourtant, cette loi sera plus équitable pour les agriculteurs français, comme Didier, qui exerce cette profession depuis plus de 20 ans : « L’augmentation des prix ne sera que de quelques centimes sur certains produits. Pour nous, les agriculteurs, c’est un changement considérable. On va être rémunéré d’une manière beaucoup plus juste, je suis satisfait de cette loi ».

Dès vendredi prochain, une grande partie des produits alimentaire de grandes enseignes verront leurs prix augmenter. Par exemple, sur 25 000 références, environ 1000 produits devraient être concernés par la hausse des prix.