Au moins 18 personnes ont perdu la vie ce dimanche matin, dans le double attentat d’une église de l’île de Jolo. Cet évènement intervient en plein processus de paix avec l’insurrection musulmane.

L’île de Jolo, au sud des Philippines est le bastion de l’organisation islamiste Abou Sayyaf. Selon le lieutenant-colonel Gerry Besana, une première bombe a explosé au moment de la messe. La seconde a explosé dans le parking, lorsque les militaires sont arrivés sur place.

Un premier bilan fait état de 18 morts et 57 blessés. Parmi les personnes décédés : cinq soldats, un membre des garde-côtés et douze civils. Le porte-parole du président philippin Rodrigo Duterte s’est exprimé et a condamné « un acte terroriste ».

L’île de Jolo, l’un des principaux bastions d’Abou Sayyaf

L’organisation terroriste islamiste qui opère principalement dans les îles du sud des Philippines est le principal suspect. Elle est spécialisée dans les enlèvements, et accusée des pires attentats dans l’archipel. En 2004, plus de 100 personnes avaient perdu la vie dans un attentat contre un ferry, perpétré par Abou Sayyaf. L’organisation a été créée dans les années 90, grâce au financement d’un membre de la famille du chef d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden.

Cet évènement tragique survient deux jours après l’approbation massive de la création de la région autonome Bangsamoro. Le processus de paix en cours vise à rétablir un climat de confiance après des décennies de conflits avec l’insurrection musulmane.