Vendredi soir, Juan Guaidó, qui s’est autoproclamé « président » du Venezuela a rejeté une offre de dialogue de Nicolás Maduro. Le chef de l’Etat s’était dit prêt à le rencontrer « en faveur d’un dialogue national ». En réponse, Juan Guaido a appelé les citoyens à continuer leurs mobilisations dans le pays.

La situation devient très tendue au Venezuela. C’est un véritable bras de fer qui est en train de se jouer entre le chef de l’Etat, Nicolás Maduro, dont l’élection est contestée ; et son opposant, Juan Guaidó, président de l’Assemblée nationale. Pour rappel, il s’est autoproclamé « président » du Venezuela mercredi dernier. Depuis, il a appelé les citoyens à une « grande mobilisation » dans les rues.

En effet, après la réélection du Président Maduro, l’Assemblée nationale a déclaré son mandat comme étant « illégitime ». De nombreuses manifestations ont alors lieu partout dans le pays pour demander sa démission.

«  Grâce à Juan Guaidó, beaucoup de vénézuéliens reprennent confiance. Cela fait longtemps que nous l’avions perdue avec le gouvernement de Maduro. On sent que des temps meilleurs se préparent et vont arriver au Venezuela. » explique Alexandro Pineda, un jeune citoyen Vénézuélien.

Soutien des Etats-Unis

Mercredi dernier, Nicolás Maduro a donné 72 heures aux représentants diplomatiques américains pour quitter le pays. Vendredi, en réponse, Juan Guaidó a annoncé que l’ambassade de Caracas resterait ouverte.

Depuis l’annonce de l’opposant de Nicolás Maduro en tant que « président » à charge du pays. Les Etats-Unis ont apporté leur soutien au nouveau « président », tout comme le Canada, et la plupart des pays d’Amérique Latine. Pour leur part, la France, l’Espagne et l’Allemagne ont demandé des élections libres. Ils pourraient reconnaître Juan Guaidó comme président si des mesures ne sont pas prises d’ici 8 jours :

Du côté du peuple vénézuelien, le soutien des Etats-Unis n’est pas mal vu. Pour Alexandro Pineda « La plupart des citoyens voient d’un bon oeil l’aide apportée par les Etats-Unis. On appuie une intervention militaire de leur part. Nous savons qu’ils profiteront sûrement de la situation, mais c’est déjà ce que sont en train de faire la Russie et la Chine en soutenant Maduro ».

Le président Maduro, soutenu par l’armée vénézuélienne, a confirmé la tenue de manoeuvres militaires contre l’invasion du pays. Elles devraient se tenir du 10 au 15 février.