Afin de répondre à une « urgence sociale », la CGT a lancé un nouvel appel à la grève le 5 février prochain. Le syndicat invite les travailleurs publics et privés à se mobiliser tous ensemble, pour dénoncer les « injustices sociales »

Depuis le début du mouvement de grève des Gilets Jaunes, la CGT s’était montré plutôt discrète. Pour cause, la présence de certains extrémistes qui nuirait à l’image du syndicat. Mais alors que l’idée d’organiser une manifestation avait fleurie depuis un moment, la CGT a décidé d’agir. Le 5 février prochain, les travailleurs sont invités à se rassembler, qu’ils soient du secteur privé ou du public. Les revendications sont claires, et plutôt similaires à celle des Gilets Jaunes.

Réforme de la fiscalité et développement des services publics

Ainsi, comme l’a annoncé Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, il est nécessaire de manifester avec les Gilets Jaunes « partout où c’est possible. Il faut aussi faire des actions avec eux, dans la limite des revendications syndicales ». Une invitation qui semble logique, au vu des revendications souhaitées par la CGT. Le syndicat réclame « une augmentation du smic, du point d’indice, de tous les salaires et pensions ainsi que des minimas sociaux » pointant du doigt les différents gouvernements « les politiques menées au service du capital par les gouvernements successifs génèrent de fortes injustices sociales, territoriales et fiscales ».