Emmanuel Macron continue sa tournée de « reconquête ». Trois jours après son lancement, le Président est aujourd’hui à Souillac (Lot), dans le cadre du grand débat national. Le chef de l’État doit rencontrer 600 maires de la région Occitanie, pour échanger avec eux.

Comme à Grand Bourgtheroulde (Eure) mardi, Emmanuel Macron sera à partir de 15 heures à Souillac dans le Lot, devant près de 600 élus venus des 13 départements de la Région.

Le format ne devrait pas changer de son intervention devant les maires de Normandie. Le marathon de questions réponses, qui devait durer environ trois heures, en avait duré le double.

« Tant qu’il y aura des questions, il répondra », indique son entourage, sans s’avancer sur la durée du débat.

Retisser les liens

C’est dans le palais des Congrès de Souillac que doit se dérouler le débat. Un lieux qui n’a pas été choisi au hasard. Le 25 février 2017, Emmanuel Macron y avait tenu un meeting en tant que candidat, devant près de 700 personnes, comme le dévoile le journal Les Echos. Comme écrit dans sa Lettre aux Français, le Président cherche à retrouver l’esprit de sa campagne victorieuse. En effet, affaibli par la crise des « gilets jaunes », il compte sur ce grand débat national pour retisser le lien abîmé avec les Français.

« Je tirerai des solutions véritables de ce débat car je veux en faire un acte II de mon mandat. »

En introduction des échanges, le maire de Souillac, Jean-Michel Sanfourche, abordera notamment les thèmes de la ruralité et de la justice sociale, économique, fiscale et démocratique. Les autres maires devraient également interpeller le chef de l’Etat sur l’affaiblissement des services publics dans les campagnes, qui se sentent défavorisées par rapport aux grandes villes.

Des manifestations prévues

Comme pour Toulouse, le bourg de 3 750 habitants est placé sous haute surveillance : centre-ville bouclé, marché annulé et manifestations interdites.

Un arrêté préfectoral prohibe en effet « toute manifestation, notamment dans le cadre du mouvement dit des « gilets jaunes » », de 8h à 23h. Mais la CGT, plusieurs associations, dont ATTAC, et certains partis politiques (France Insoumise, Parti de Gauche, PCF) ont fixé un rendez-vous en fin de matinée à proximité de Souillac.

« Notre objectif : pouvoir manifester et faire part de nos revendications », portant sur « un revenu minimum décent, le développement des services publics en milieu rural, une fiscalité plus juste », a indiqué à l’AFP Jérôme Delmas, secrétaire départemental de la CGT du Lot.

Vœux aux armées depuis la base militaire de Toulouse-Francazal hier :

À LIRE AUSSI : Voeux 2019 : Emmanuel Macron tend la main vers l’armée