Aussitôt arrivé, aussitôt reparti. Après seulement cinq petits matchs joués, Stéphane M’bia n’est plus un joueur du TFC. Détails d’un départ mouvementé.

C’est un conflit avec Alain Casanova qui est à l’origine de ce départ. À plusieurs reprises, comme nous l’a confirmé LesViolets.Com,le Camerounais a affirmé ouvertement dans le vestiaire ses différents avec le coach, faits qui remontent à l’automne dernier. Casanova l’a fait jouer dans un premier temps au milieu de terrain, poste auquel il ne voulait pas jouer, avant de se raviser et de le faire jouer défenseur. M’bia a également critiqué son entraîneur concernant sa gestion de l’effectif ou ses choix tactiques. Avec toute l’expérience qui est la sienne, Stéphane M’bia avait tout pour être un leader du vestiaire à l’image de Cahuzac, Gradel ou encore Jullien, mais il se contera finalement d’un passage éclair.

Plusieurs cadres à la rescousse d’Alain Casanova



Après ces altercations, Casanova a reçu le soutien de son vestiaire, notamment celui de Max-Alain Gradel, son capitaine. De vives altercations ont d’ailleurs éclaté entre lui et M’bia. Mais comment qualifier le départ d’un joueur aussi expérimenté ? Pour Jean-Baptiste Jammes, fondateur des Violets.Com. c’est un mal pour un bien. « Il y a assez d’options en défense, et il faut relativiser son importance, il n’a pas beaucoup joué. »

Son absence du groupe pour le match contre Strasbourg, élément déclencheur
 

Bien que distant du groupe, Stéphane M’bia était toujours un joueur de l’effectif toulousain. Jusqu’au match contre Strasbourg (1-2) ce week-end. Le défenseur n’a pas du tout accepté sa non-convocation et a annoncé dans la foulée qu’il ne jouerait plus pour le TFC. Depuis ce mardi, il s’entraînait en marge de l’effectif en attendant les démarches administratives. C’est désormais officiel, son contrat a été résilié, et le Toulouse Football Club l’a annoncé à travers un communiqué, à l’instar du joueur.