Pour leur édition 2019, les Victoires de la Musique semblent avoir entendu les cris de détresse de la planète rap. Retour sur les nominations de cette année.

Le rap et les Victoires de la Musique, c’est l’histoire d’une poussée timide et surprenante. Timide, parce qu’il aura fallu attendre plusieurs années pour qu’un style qu’on retrouve dans toutes les playlists Spotify depuis plus de 5 ans soit enfin dignement représenté à la plus grande cérémonie musicale de France. Surprenante, parce qu’on aurait bien volontiers taxé de fou celui qui aurait annoncé il y a 2 ans que Damso et Moha la Squale seraient en lice pour remporter une « Victoire ».


C’est pourtant le cas aujourd’hui : le rappeur Bruxellois partagera la scène avec celui de Créteil. De quoi éteindre le feu allumé l’an dernier par la colère des fans de rap qui déploraient l’absence de « Dems« , et plus largement celle de tous ces rappeurs que tout le monde écoute mais que personne n’ose primer.
Dans la catégorie « rap », on retrouve alors l’album Lithopédion de Damso, Bendero de Moha la Squale, et le récent XX5 de Georgio. Une sélection qui plaira à un large public, même si quelques têtes bien connues manquent encore à l’appel. On déplorera, entre autres, l’absence du sur-prolifique Sofiane ou du très onirique Lomepal.

Comme l’an dernier, la cérémonie tient à faire le distinguo entre rap, et musiques urbaines. Mais moins qu’un doigt d’honneur adressé à l’histoire du rap, c’est surtout un moyen pour les Victoires de la Musique de primer des artistes dont le style est aux antipodes des rappeurs reconnus comme tels ; un « Djadja » étant, faut-il le rappeler, bien différent d’un « Smog« .

Reste à saluer le choix des Victoires, qui proposent une liste rap plus éclectique qu’exhaustive. Après une édition 2018 où Orelsan, Mc Solaar et Big Flo et Oli ont tout raflé, elles semblent enfin avoir compris les attentes de leur public.