Ce jeudi 10 janvier débute le procès de Mehdi Nemmouche. Le djihadiste français est accusé d’avoir tué quatre personnes dans le Musée juif de Bruxelles, le 24 mai 2014. Il est jugé avec un complice présumé et encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

Mehdi Nemmouche, français de 33 ans, né à Roubaix, comparait aujourd’hui devant la justice belge. Il nie avoir participé à l’attentat au Musée juif de Bruxelles en 2014, et y avoir tué quatre personnes. Ses avocats défendent la thèse du « piège » et l’hypothèse de la responsabilité d’agents israéliens. Depuis quatre ans, de nombreuses hypothèses et scénarios ont vus le jour, remettant en cause son implication.

Lorsqu’il est retrouvé, peu après la tuerie du Musée juif, Mehdi Nemmouche revient de Syrie, où il a combattu dans les rangs de l’Etat Islamique. Il est arrêté six jours après l’attentat, à Marseille, en possession d’un revolver et d’un fusil d’assaut. Nacer Brendrer, accusé de lui avoir fourni des armes, a lui été arrêté en décembre 2014, à Marseille également.

Début du procès et suspension de l’audience

Ce matin, aux alentours de 8 heures, Mehdi Nemmouche et Nacer Brendrer sont arrivés au Palais de justice de Bruxelles. À 9h30, Mehdi Nemmouche est entré dans le box des accusés et a décliné son identité à la demande de la présidente. Les familles des victimes se sont exprimées, expliquant qu’ils n’étaient pas là « dans un esprit de vengeance » mais qu’ils espéraient avoir enfin des explications et la vérité. À 10h30, l’audience a été suspendue, suite à l’évocation d’un problème de procédure. Elle devrait reprendre à 13h30. La Cour devrait se prononcer sur la recevabilité de partie civile de l’association française des victimes du terrorisme.

Le procès doit durer jusqu’au 1er mars prochain, près d’une centaine de témoins seront entendus par la justice, afin d’éclaircir l’implication ou non de Mehdi Nemmouche et Nacer Brender durant la tuerie du Musée juif.