C’est le début des soldes à Toulouse. Durant six semaines, les commerçants Toulousains pourront vendre à perte. Leur objectif : tenter de compenser les mouvements des gilets jaunes. Un défi, que bon nombre de commerçants ne sont pas sûrs de relever…

Depuis ce matin, 8 h, la course aux bonnes affaires a été lancée en France. À Toulouse, où le centre-ville compte environ 800 commerçants et artisans, cet évènement est très attendu. Pour beaucoup d’entre-eux, ils misent sur ces six semaines pour compenser l’effet gilet jaune dont ils se disent « victimes ». Et cette année, les réductions commencent fort, car le stock est conséquent.

Pour Gille, qui tient une boutique de vêtements en plein centre-ville : « l’heure est à la liquidation des stocks. Cette année, nous avons dû faire face aux nombreux épisodes de manifestations qui nous ont contraint de fermer nos magasins à des moments où nous étions censés réaliser nos meilleures ventes. J’espère pouvoir rebondir, même si je sais que cela ne s’annonce pas très positif ».
Pour Karine, une autre commerçante « le mois de décembre a été un coup dur. En tant que petit commerce, les périodes des fêtes sont très importantes pour nous. C’est à ce moment que nous réalisons notre plus gros chiffre d’affaires. J’ai perdu environ 30 % du mien. Le plus dur, c’est que nous rentrons dans une période de soldes qui est pour nous difficile, car nous ne pouvons pas faire de grosses réductions. Néanmoins, on espère par cet évènement biannuel faire revenir le client en centre-ville. »

Des manifestations qui ont changé les habitudes des consommateurs

Alors que les vitrines arborent des réductions alléchantes, l’engouement ne se fait pas sentir dans la ville rose. En effet, pour Carole, vendeuse dans un magasin de chaussures, les manifestations ont « énormément changé les habitudes des consommateurs ». Elle ajoute : «Tous ces week-ends de manifestations qui se sont succédés depuis novembre, nous avons remarqué que le centre-ville s’est un peu vidé. Les clients ont par exemple préféré acheter sur Internet pour les fêtes. Il n’y avait pas de risque de se faire gazer… Mais surtout, il y a un climat où l’on sent qu’ils ont envie de moins dépenser ».


Si les soldes d’hiver dureront six semaines, du 9 janvier au mardi 19 février, celles d’été se verront raccourcies de deux semaines. C’est donc la dernière occasion pour les commerçants, d’espérer écouler leur stock et ainsi se refaire une trésorerie. D’autant qu’à Toulouse, de nouvelles manifestations de « gilets jaunes » sont prévues ce samedi.