Un jeu-vidéo basé sur un escape game à ciel ouvert, crée pour valoriser l’histoire. Voilà ce que propose Atlantide, une application fondée par deux anciens étudiants toulousains. Le but, apprendre aux habitants l’histoire de leur ville, pas toujours connue, grâce au patrimoine qui les entoure.

Tout est parti d’un constat assez flagrant, né après de nombreux voyages. Comment découvrir au mieux sa ville, de façon plus divertissante ? « Il n y a pas de solution véritablement parlante pour nous, qui ont entre 25 et 35 ans. Il manquait ce côté ludique pour découvrir une ville que l’on ne connaissait pas. C’est cela qui a lancé le projet », commente Romain Aymard, l’un des cofondateurs de l’application Atlantide avec Yannick Rodriguez. Pas forcément passionné d’histoire mais foncièrement curieux, cet ancien étudiant de l’INSA Toulouse (Institut National des Sciences Appliquées) souhaitait absolument créer une expérience unique.

« Le contenu, c’est une véritable expertise »

Ainsi, le dernier mois de juillet voyait l’arrivée du premier scénario à Montpellier, ville où la start-up Magnitude Labs, qui a édité le jeu, siège. Après cela, Toulouse voyait l’arrivée de deux missions, avec notamment une plongeant en pleine Première Guerre Mondiale. Grâce à la géolocalisation et la réalité augmentée, il est possible de scanner les édifices toulousains afin de répondre aux différents mystères. Mais pour permettre une découverte différente de la Ville Rose, il était nécessaire de s’entourer de gens compétents. « Le contenu, c’est une véritable expertise, poursuit Romain Aymard. On travaille avec des gens qui ont une culture et des connaissances incroyables, notamment des historiens. C’est très enrichissant, autant pour les utilisateurs que pour nous. » Des utilisateurs qui ont d’ailleurs immédiatement adhérer à ce projet novateur. Près de 7 mois après le lancement, l’application compte près de 6 000 téléchargements.

Un 3e scénario à Toulouse prévu dans les prochaines semaines

À Toulouse, les premiers retours sont positifs. Depuis plusieurs années, les habitants sont friands des escape game. Une aubaine pour Atlantide. « À Toulouse, on a eu un démarrage largement supérieur à celui de Montpellier. On a choisi de lancer deux premières missions, afin de préparer les trois suivantes. Il y a une véritable demande. »  Une demande qui ne vient pas seulement des touristes, curieux d’en apprendre plus sur leur destination éphémère. « À Toulouse et à Montpellier, ce sont beaucoup les locaux qui sont demandeurs. Il n y a qu’une seule véritable contrainte. La destination doit avoir une histoire à raconter. Au final, on n’a pas de limite. » Toulouse verra donc très prochainement l’arrivée d’un troisième scénario. Si son contenu n’est pas encore connu, Atlantide communiquera bientôt à son sujet.