La finale retour de la Copa Libertadores sera jouée à Madrid, au Stade Santiago Barnabéu. Prévue le 9 décembre, la rencontre a dû être déplacée après des incidents survenus lors du match aller (2-2) le 11 novembre.

Le superclàsico s’invite en Europe ! Le président du CONMEBOL, Alejandro Dominguez a annoncé le 29 novembre que la finale retour de la Copalibertadores sera délocalisée à Madrid. Elle était prévue initialement au stade Monumental de River Plate.

Il y a presque trois semaines, le match aller entre Boca junior et River plate s’était soldé par un match nul (2-2). Avant la rencontre, le bus des joueurs de Boca avait été la cible de projectiles. Les dirigeants du club avaient demandé une victoire sur tapis vert qui ne leur avait pas été accordée. River plate a en revanche été condamné à 350 000 euros d’amende et deux matchs de coupe sud-américaine à huit clos.

Pour motiver sa décision, le président de la confédération sud-américaine évoque notamment en conférence de presse, les connexions entre les villes de Madrid et de Buenos Aires, ville des deux clubs : « Madrid possède tout ce qui est nécessaire à l’organisation du match, c’est la dixième ville la plus sûre au monde, et son aéroport est celui qui possède le plus de connectivité avec l’Amérique latine. »

Une décision très critiquée

Le choix du lieu ne fait pas l’unanimité pour les différents acteurs de la rencontre. En effet le club de Boca junior a décidé de faire appel de la décision de relocaliser le match prononcé par le tribunal de discipline de la CONMEBOL. Dans un communiqué de presse, le rival River plate affirme « qu’il fera les propositions légales et les recours pertinents » contre la décision du tribunal disciplinaire.

Côté supporters, la pilule a également du mal à passer. Outre la distance, c’est un sentiment de trahison qui est décrit du côté des fans. « C’est tellement honteux tout ce qu’il s’est passé. Cela montre que l’on ne peut rien organiser de grand ici » évoque un socios de Boca.

D’autres villes s’étaient également proposés pour accueillir l’événement. Outre Doha, Gênes ou encore Barcelone, d’autres options étaient possibles en Amérique du Sud. Asùncion ou encore Belo Horizonte s’était portées volontaires. Le choix de Madrid serait apparemment dû au coût du stade puisque le président du Real, Florentino Perez, l’aurait proposé gratuitement.

Cette attribution permet également à la ville de Madrid de faire un coup double. En fin de saison c’est la Champions league qui désignera son champion dans la capitale espagnole.

MAHROUGA Axel