Le journaliste CNN Jim Acosta a perdu son accréditation à la Maison Blanche le mercredi 7 novembre pour avoir été trop insistant dans ses questions lors d’une conférence de presse donnée par Donald Trump.

Depuis son investiture il y a deux ans, le président Trump mène une guerre contre les médias et particulièrement la chaîne d’information CNN. Un nouvel affrontement s’est déroulé ce mercredi à la Maison Blanche entre le président américain et Jim Acosta. Journaliste expérimenté de CNN, il a notamment couvert plusieurs campagnes pour la course à la présidence des États-Unis. Il a annoncé s’être fait retirer son accès à la Maison Blanche, l’empêchant ainsi de faire son travail, pour s’être montré insistant auprès du président Trump. Celui-ci refusait en effet de répondre à ses questions. Acosta a tenté de garder son micro afin de terminer sa question mais une membre de l’équipe de la maison blanche le lui a retiré. Le journaliste a perdu son accréditation pour avoir touché la femme ayant tenté de l’arrêter de parler.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Pourquoi une telle violence envers les médias?

« Le 45e président des États-Unis a de très mauvaises relations avec une partie de la presse américaine, dont CNN et les grands réseaux CBS, ABC et NBC, ainsi que les quotidiens New York Times et Washington Post. » dit le journaliste Yohan Blavignat travaillant pour Le Figaro.

CNN s’est manifestée sur Twitter et son site web, assurant que la Maison Blanche fournissait des preuves falsifiées pour discréditer Acosta. Sarah Sanders, secrétaire de presse de la Maison Blanche, aurait posté sur Twitter une version truquée de la vidéo montrant Acosta repoussant l’employée de la Maison Blanche, afin de faire paraître l’action plus violente qu’elle ne l’était et ainsi justifier son bannissement. Ce qui serait ironique compte tenu des nombreuses accusations de « fake news » dont Trump affuble CNN. La chaîne a assuré tout son soutien au journaliste. Trump en a étonné plus d’un avec sa réaction extrême face à Acosta, le qualifiant de « méchant » et de « mauvais journaliste dont CNN devrait avoir honte. » Un caractère tendu en opposition avec la confiance qu’il affichait après les élections des « midterms » survenues la veille, qu’il considérait comme « une énorme réussite« . La victoire des démocrates sur la Chambre des représentants pourrait l’avoir plus déstabilisé que ce qu’il laissait paraître. Cela ne serait pas surprenant puisque selon Philippe Boulet-Gercourt, correspondant à New York du journal L’Obs, Trump va affronter pour la première fois depuis le début de son mandat une opposition parlementaire.

 

Nicolas Sadourny

sources: CNN.com/ Le Figaro/ Le Monde/ Twitter