Alors que le nombre d’agressions homophobes repart à la hausse depuis 2016 au niveau national, qu’en est-il pour la région Occitanie ? L’agression d’une jeune femme lesbienne le soir d’halloween à Toulouse emmène à se demander dans quelles mesures les départements de la région sont concernés par des agressions homophobes ? Au niveau national, 1 agression a lieu tous les 3 jours en France. On fait le point.

À Toulouse, le nombre d’agressions homophobes est en augmentation selon le maire, Jean-Luc Moudenc. Qu’en est-il des autres villes et départements de la région ?

Selon l’association SOS Homophobie, les départements de la région les plus touchés en 2017 par des agressions homophobes sont le Gard et l’Hérault avec, respectivement, plus de 20 agressions recensées en un an. L’Aude, les Pyrénées Orientales et la Haute-Garonne viennent ensuite avec un nombre d’agressions qui se situe entre 10 et 19 agressions par an et par département. Enfin, la Lozère compte entre 5 et 9 actes malveillants par an.

Les départements qui n’ont compté aucune agression homophobe en 2017 sont l’Aveyron, le Tarn, le Lot, le Tarn-Et-Garonne, le Gers, les Hautes-Pyrénées et l’Ariège.

Rapport annuel 2018 – SOS Homophobie

Contacté par nos soins, le service presse de la région Occitanie rappelle « qu’en terme de sécurité il n’y a pas de compétences de la région sur les actes d’insécurité qu’il pourrait y avoir concernant l’homophobie » et ajoute « des actions existent, par exemple la maison des solidarités avec le conseil départemental« .

En revanche, la région agit auprès des lycéens : « Ce qu’à choisi de faire la région, c’est de sensibiliser le public dont elle a la charge […] les sensibiliser a la lutte contre toutes les formes de discriminations. On a un dispositif d’intervention dans les lycées pour sensibiliser aux discriminations« .

Comment l’homophobie se manifeste-t-elle ?

Selon le rapport sur l’homophobie 2018 publié par l’association SOS Homophobie, 70% des agressés sont des hommes, 24% sont des femmes et 6% sont des transgenres.

52% des agressions homophobes sont des insultes. Elles ont lieu dans les lieux public plus de 7 fois sur 10. Dans 14% des cas, les agressions homophobes sont des agressions physiques.

72% des agressions sont réalisées par des hommes : Dans 30% des cas, c’est un groupe d’hommes qui agresse les victimes et dans 21% des cas, c’est un homme seul.

Une manifestation prévue

L’association Act up Sud-Ouest a lancé un appel à manifester samedi 10 novembre 2018 à partir de 17h au métro Jean-Jaurès à Toulouse. Une marche qui fait suite à l’agression homophobe dont avait été victime une jeune femme rouée de coups par trois hommes le 31 octobre. L’organisme souhaite interpeller le gouvernement selon ActuToulouse. À l’heure où cet article est publié, plusieurs centaines de personnes ont annoncé participer à l’événement sur Facebook.

Melvin Gardet