Ce vendredi 19 octobre avait lieu à Toulouse la première édition du Tomorrow’s Stories festival. C’est à cette occasion que le cinéma Gaumont Wilson a diffusé différents films aux formats innovants. La Barricade, réalisé par Bruno Masi, nous replonge dans les évènements de Mai 68.

La Barricade est une fiction documentaire qui retrace les évènements du 24 mai 1968, où Paris s’est embrasé. Heure par heure, chaque épisode nous emporte vers l’apogée de cette sanglante journée.

Réalisée à l’occasion du cinquantième anniversaire de Mai 68, cette série a été présentée au Tomorrow’s Stories festival. Ce festival est organisé par l’association Les Storygraphes, qui tente de mettre en valeur les nouveaux formats narratifs. En effet, l’œuvre de Bruno Masi est inédite tant dans sa forme de diffusion que dans sa conception.

 

Quand la réalité et la fiction s’entremêlent

Le montage de La Barricade s’est exclusivement basé sur des images d’archives, collectées auprès de l’INA. Les évènements décrits et leur chronologie respectent minutieusement la réalité historique. Toutefois, les deux personnages principaux de la série relèvent de la fiction. Ainsi, au montage d’archives s’entremêlent un récit fictif introduit par deux voix, deux personnages.
Katia, une jeune étudiante allemande et Tarik, un ouvrier algérien. Entre eux, un troisième personnage s’interpose : Philippe Matérion. Il constitue le centre névralgique du récit, Katia étant sa compagne et Tarik son meilleur ami. Pourtant, Philippe ne relève pas de la fiction. Jeune ouvrier, il a vingt-six ans lorsqu’il participe au mouvement social étudiant de Mai 68. Le 25 mai 1968, il décède sur une barricade lors des violents affrontements entre manifestants et policiers. Sa mort a été cachée durant trente ans par la police.

Twitter : un nouveau support pour raconter l’Histoire

Si La Barricade présente une forme narrative innovante en mêlant fiction et archives, le réalisateur s’est également appliqué à proposer un format de diffusion original. Le 24 mai 2018, jour du cinquantième anniversaire, les internautes ont pu découvrir le documentaire sur Twitter et Facebook. Dès 6h00 du matin, un épisode était posté toutes les heures. Ainsi, la web-série a replongé le public dans le Paris du 24 mai 1968, le temps d’une journée.

https://platform.twitter.com/widgets.js

 

 

 

Emmanuel Clévenot