C’est dans le cadre de la première édition du Tomorrow’s Stories Festival de Toulouse que s’est tenue la diffusion de la tweet-série La Barricade.

Un festival tourné vers la nouveauté.

Pendant deux jours, les 19 et 20 octobre 2018, la ville rose accueille la première édition du Tomorrow’s Stories Festival. Ce dernier a pour objectif d’expérimenter et de faire découvrir à un public aussi large que varié les nouvelles manières de présenter des oeuvres. Le Tomorrow’s Stories Festival est ainsi dédié aux nouvelles formes de narration, autant avec des plateformes de diffusions inédites ou un format inexpérimenté, que ce soit la réalité virtuelle ou augmentée, le réseau social Twitter, ou encore le cinéma interactif. Deux jours où la la créativité et la découverte envahissent la ville rose !

Une projection entre passé et présent.

Pour commencer ces deux jours de représentation, le Tomorrow’s Stories Festival avait choisi le cadre du cinéma Gaumont Wilson pour présenter au public matinal la tweet-série “La Barricade”. Cette dernière raconte les 24 heures les plus violentes des évènements de Mai 1968. Réalisée exclusivement à partir d’archives de l’INA, l’Institut National de l’Audiovisuel, cette fiction documentée nous remémore pour certains ou nous fait découvrir pour d’autres ce moment majeur de la Cinquième République par le prisme de deux personnages ayant vécus les évènements de deux manières différentes : Tarik et Katia.

Quand ce premier est un ouvrier immigré algérien travaillant à l’usine dans la banlieue parisienne, Katia est une étudiante allemande à la Sorbonne et se retrouve au coeur du conflit. Les récits croisés des deux protagonistes, inspirés de personnages réels, viennent ainsi raconter de deux façons cette journée ensanglantée.

L’histoire des deux protagonistes se croise en la personne de Philippe, collègue du premier et conjoint de Katia, qui meurt des coups des policiers après une violente altercation avec les forces de l’ordre. Cette histoire vraie est restée cachée par l’État français pendant près de quarante ans, jusqu’à ce que Katia, aujourd’hui septuagénaire, se mette enfin à parler.

Un format inédit à tout point de vue.

Cette fiction a été réalisée uniquement grâce aux archives fournies par l’INA, sans besoin d’ajout de paroles. Aucune voix ne vient entraver ce documentaire poignant. Le format de diffusion de cette mini-série est lui aussi inédit. C’est par le biais du réseau social Twitter que la diffusion s’est opérée de manière totalement gratuite. Une nouvelle approche des moyens de diffusion et de création qui rend ce festival unique en son genre, et qui donne envie qu’il se reproduise dans le futur.

Voici une compilation des deux vidéos réalisées grâce aux archives de l’INA :

 

CRABOS Raphaël, J1