L’affaire est délicate, et est jugée à partir d’aujourd’hui à la cour d’assises des Hautes-Pyrénées. Daniel Aventur occupe le box des accusés pour le meurtre présumé de sa mère adoptive.

Daniel Aventur a-t-il assassiné sa mère adoptive ? C’est la question à laquelle doit répondre la cour d’assises des Hautes-Pyrénées aujourd’hui. L’affaire, elle, n’est pas simple. Et pour cause. Le corps de la victime, Dominique Aventur, n’a jamais été retrouvé malgré les recherches entreprises dans ce sens. Un souci de taille qui vient s’ajouter au manque d’aveux du fils adoptif qui a toujours nié les faits. Et pour clôturer le tout, aucune preuve scientifique irréfutable n’a été retrouvé pour prouver la culpabilité du principal suspect.

Appropriation des biens maternels

Même si des preuves formelles manquent pour donner de la consistance au dossier, l’instruction aura permis de mettre au jour des éléments troublants. En effet, l’accusé et sa mère adoptive ne s’entendaient pas. Lors de sa dernière visite à sa mère, le 4 mai 2013, un cri aurait été entendu par une voisine et ensuite, plus rien. Dès le lendemain, l’accusé s’approprie les biens de sa mère tels que son téléphone mobile, ses bijoux ou encore, ses moyens de paiement. Il essaiera aussi de vendre la voiture et le foyer maternel.

Compte tenu du manque de preuve évident, les avocats de l’auteur présumé des faits devraient plaider l’acquittement. Le procès de Daniel Aventur doit se tenir jusqu’au 9 février prochain à Tarbes. Il encourt la prison à perpétuité.