Les habitants du quartier des Argoulets ont sûrement dû avoir une belle frayeur dans la nuit de ce vendredi à samedi (2 au 3 février 2018). En effet, ils ont cru au scénario du règlement de compte entre bandes armées lorsqu’ils ont aperçu une dizaine d’individus munis d’armes à feu.

Il était environ 22h lorsque le signalement a été donné aux forces de l’ordre : une dizaine d’individus ont été vus dans le quartier des Argoulets, armes à feu dans les mains. Arrivés en nombres, les policiers ont constaté que les individus correspondant à l’alerte émise par le voisinage étaient en fait … En train de tourner un clip de rap ! Sur la dizaine d’individus interpellés, deux d’entre eux possédaient des armes (un pistolet à grenaille et un pistolet à plomb). Aucune autorisation n’avait alors été délivrée pour le tournage de ce clip.

Une pratique courante dans le monde du rap

Le rappeur américain Trippie Redd avec un fusil d’assaut en mains – Capture d’écran YouTube

L’exhibition d’armes à feu, de drogue, ou encore de grosses cylindrées sont monnaie courante dans le rap aujourd’hui. Des comportements déviants qui répondent à certains codes de rue dépeints à l’écran. Bien souvent, il s’agit d’armes factices ou à plomb. Mais il peut également arriver de voir circuler de vraies armes de guerre dans les clips. Cette pratique née et popularisée aux Etats-Unis a franchi les frontières françaises et de très gros noms du monde du rap français ont repris à maintes reprises le concept (Booba, Fianso, Ninho etc…).