Hier, mardi 30 janvier 2018, une réunion publique d’informations sur l’affaire du Levothyrox a été organisée à Toulouse. Médecins, associations de malades et avocats étaient présents. 

Une réunion d’informations sur l’affaire du Levothyrox s’est tenu à Toulouse, mardi 30 janvier 2018, à l’espace Duranti. Le débat portait sur le Levothyrox, que faire face à une crise sanitaire grave ?

Pour rappel, le Levothyrox est un médicament destiné à remplacer les hormones que la thyroïde ne produit plus. En mars 2017, le laboratoire Merck a changé la fabrication. Depuis, beaucoup de patients ont souligné d’importants effets secondaires.

Une action en justice menée par des avocats de Toulouse

En octobre 2017, trois avocats toulousains ont lancé une action collective conjointe au civil et assignaient le laboratoire Merck devant le Tribunal de grande instance de Lyon. Cette action en justice se fonde sur deux arguments : le « défaut d’information » des labos Merck et de l’ANSM et le « préjudice d’angoisse ». Il s’agit généralement d’une situation d’inquiétude permanente face au risque de déclaration à tout moment d’une maladie.

Autour de cette table de discussion, il y avait des médecins, des spécialistes, des associations de patients et des avocats qui ont répondus aux questions des patients pour les « aider à y voir plus clair dans cette affaire qui soulève décidément beaucoup de questions.» comme le révèle Actu Toulouse.

Le procès  qui suivra l’action en justice entamé à Lyon, par Me Christophe Lèguevaques, devrait avoir lieu en octobre 2018.

Selon les chiffres communiqués par M. Christophe Lèguevaques, plus de 700 dossiers ont été déposés, 2000 autres sont en attente et se sont pas moins de 8 000 patients qui ont rejoint l’action collective.