Si l’information n’a pas fait grand bruit ce week-end, elle n’est certainement pas passée inaperçue aujourd’hui. Le géant de l’automobile, Toyota, compte investir 300 millions dans son usine située dans le nord de l’Hexagone, à Onnaing. Une nouvelle célébrée en grande pompe par un déplacement du chef de l’état au sein même de l’usine la plus productive d’Europe pour l’entreprise japonaise.

 

 

300 millions et 700 emplois. L’investissement est de taille mais Toyota ne semble pas décidé à lésiner sur les moyens pour accroître la production en France. C’est donc le porte-étendard du « Choose France », Emmanuel  Macron qui est venu officialiser la nouvelle. « Si Toyota décide d’investir 300 millions et créer 700 CDI (contrats à durée indéterminée, ndlr) ici c’est parce que vous êtes bons« , n’a-t-il pas hésité à lancer aux employés en guise de félicitations. Gentillesse de laquelle il s’est détaché modestement en affirmant qu’il n’avait « bien sûr rien à voir avec ce succès ».

 

Côté emplois, ce seront au minimum 300 CDI qui seront embauchés (hors turn over) d’ici à fin 2019. L’effectif passerait donc de 2 900 à 3 200 CDI. Par ailleurs, est annoncée l’embauche de 400 CDI supplémentaires en pleine capacité de production.
Les 300 millions d’euros, quant à eux, serviront à moderniser le site et à réaliser les aménagements indispensables comme des ateliers d’emboutissage et de carrosserie », d’après le directeur du site, Luciano Biondo.

 

Une usine plus que productive

 

Le site d’Onnaing est le plus produtif d’Europe pour Toyota. En effet, il y sortirait un véhicule du type Yaris toutes les 71 secondes. Avec cet investissement, il serait question pour l’usine de passer de 240 000 unités (en 2016) à 300 000 véhicules annuels à l’horizon 2020. Enfin l’usine – qui ne construit que le modèle Yaris – pourrait également fabriquer un nouveau modèle. Il serait semblable à la Yaris et pourrait être fabriqué à raison de 100.000 unités par an, d’après nos confrères de Challenges.