Richard Ferrand fait de nouveau l’objet d’une information judiciaire. L’ancien ministre s’est vu accuser de « prise illégale d’intérêt » par l’association Anticor, dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne.

Mais quand s’arrêteront les ennuis pour Richard Ferrand ? Le parquet national financier a ouvert aujourd’hui une information judiciaire contre le président du groupe REM à l’Assemblée Nationale. Ouverte il y a dix jours, l’instruction a été confiée au juge d’instruction Van Ruymbeke.

C’est une affaire qui avait pourtant été classée sans suite en octobre dernier, par le parquet de Brest. Via un communiqué de presse, le collectif anti-corruption a annoncé s’être porté partie civile afin d’être en mesure de déposer plainte. On le rappelle, Richard Ferrand était soupçonné d’avoir favorisé l’entreprise de son épouse dans le choix de locaux pour un centre de soins que voulaient ouvrir les Mutuelles du Soleil. Sa conjointe avait alors acquis un bien immobilier pour la somme de 375.000€, qui aurait été financé par les loyers versé par l’organisme. Richard Ferrand avait été contraint de quitter ses fonctions de ministre suite à cette affaire.

L’ancien ministre y voit là la « suite logique des choses« , évoquant une décision « mécanique » du parquet national financier. Le patron des députés LaREM poursuit : « J’ai ma conscience, la justice suit son cours. J’ai confiance dans la justice de mon pays. » Il admet également que « c’est agacant d’être mis en cause quand on sait au fond de soi qu’on n’a rien commis. C’est agaçant de voir son nom mis en cause dans cette affaire. »
Une chose est sûre, Richard Ferrand n’est pas encore sorti de ses ennuis judiciaires.